Blogue

Les clés du succès thérapeutique

Stéphane Delalande

Stéphane Delalande

Les clés du «succès thérapeutique» ou comment augmenter notre efficacité en thérapie manuelle

Plusieurs sont déjà d’excellents thérapeute en soin manuel mais il est intéressant de se poser la question du comment optimiser notre efficacité dans le traitement de la douleur.

Tous les thérapeutes désirent soulager au mieux les douleurs de leurs clients. Cette quête naturelle d’améliorer nos compétences ne cesse d’évoluer avec l’expérience mais aussi en élargissant nos connaissances.

La plupart de nos clients veulent être soulagés immédiatement et sans effort. La recherche de la pilule magique est transférée dans l’attente d’un soin manuel « miracle ». Donc, il va sans dire que c’est principalement de l’efficacité dont on doit se préoccuper. Avons-nous réfléchi suffisamment sur le comment optimiser la réussite de nos soins, et surtout, que faire que nous ne faisons pas?

C’est en compilant les bons gestes et les meilleures actions que nous ferons la différence.

En tant que thérapeute et enseignant on me pose souvent la question; quoi faire de plus pour être plus efficace? C’est ce que je vous partage par les quelques principes ci-dessous. Je vous les livre en vrac, comme ils me viennent, spontanément à la lumière de ma réflexion et de mon expérience. Ils n’ont pas la prétention d’être exhaustifs mais peuvent être un bon début de réflexion pour accroitre notre succès thérapeutique. Ajouter quelques ingrédients à nos traitements ne peut surement pas constituer une recette garantie mais ils peuvent que bonifier le bien être de nos clients et améliorer nos compétences. Alors ne nous en privons pas et faisons ce qu’il a de mieux!

TNC

Avant de développer les clés du « succès thérapeutique », qui constituent la fondation d’un traitement efficace, je les synthétiserai en un seul principe, qui, lorsqu’il est maîtrisé, devient le guide principal du soin, le pilier principal d’un gage de réussite.

Il peut se résumer comme suit:

Poser le bon geste correcteur aux endroits que réclame le corps.

Comprendre et savoir agir sur les zones tissulaires prioritaires que réclament les besoins corporels favorise toujours moins de corrections pour plus d’efficacité.

Ce qui implique nécessairement de la part du thérapeute qu’il puisse savoir lire les ressources du corps sans lui imposer de techniques protocolaires qui nuiraient à ses besoins ou qu’il ne pourrait accepter.

Reste-t-il à se poser les bonnes questions au sujet de ses compétences ou ses manques relatives à la maîtrise des clés suivantes.

Les clés pour améliorer son efficacité:

Agir de manière holistique sur l’ensemble du corps. Un traitement global doit s’adresser au moins aux trois dimensions humaines de base: physique, énergétique et psychique. C’est trois fonctions quand elles sont saines et harmonisées assurent la santé de l’être humain. Une bonne méthode thérapeutique doit être guidée aussi par une vision systémique du corps qui prend en compte tous ses désordres et leurs interactions avec toutes ses structures; myo-fasciales, ostéo-articulaires, viscérales, organiques, circulatoires, nerveuses, énergétiques…

Mettre de l’art dans son toucher. Donner au coeur ce que la tête ne peut comprendre et ne peut contrôler débute le voyage de l’artiste. Les connaissances des sciences fondamentales telles que l’anatomie ou la physionomie sont bien sûr d’un avantage précieux pour tous les thérapeutes mais elles peuvent aussi conditionner notre toucher. Si elles sont seules à orienter le traitement, notre mental risquera de prendre toute la place et nous couper littéralement de notre relation vivante avec les tissus, avec notre écoute sensorielle. L’analyse a une place importante pour comprendre ce que nous faisons et nourrir le chercheur. Cependant, lors du toucher, notre ressenti saura mieux guider nos mains au mouvement juste. L’art du toucher peut être comparer à une danse manuelle, portée par les mouvements spontanés du corps et de ses énergies qui ne peut être dictée par le mental. On ne peut donc l’appréhender que par une grande disponibilité sensorielle, sensible à une vie en mouvement perpétuel. C’est à ce moment là que la technique s’efface en un art que la tête ne pourra jamais gouverner. C’est une histoire de coeur! Nous ne mettrons jamais assez d’amour et de ressenti aux bouts de nos doigts!

Avoir une belle attitude professionnelle. Une séance commence avant le toucher physique! D’abord, prendre le temps d’écouter son client. Observer sa posture générale, son comportement corporel, le teint de son visage, écouter attentivement ses mots mais aussi ses silences, ressentir ses maux… Pas simplement avec notre tête. Certes elle a son utilité pour comprendre le motif de consultation et les besoins de notre client. Mais une véritable écoute ne s’appuie pas sur des commentaires psychiques. Elle émerge des signaux perçus et transmis des organes des sens, le coeur ouvert et bienveillant. En effet il est essentiel. Sans lui le climat du soin peut rester aride, terne et sans vie. Il élèvera la confiance de notre client tout en créant une belle énergie, un espace favorable qui facilitera la circulation énergétique et aidera le thérapeute à s’asseoir dans sa «neutralité», condition d’une écoute aiguisée et d’une perception accrue. S’ancrer, se centrer le coeur ouvert, aimant, écouter et ressentir attentivement, «met la table» pour favoriser l’harmonie d’un soin. Là seulement, les mains pourront se mettre à l’oeuvre et au service des ressources du corps.

Choisir des techniques sécuritaires, ne pas forcer les tissus et surtout ne pas s’acharner sur un blocage. Je ne rappellerai jamais assez qu’il existe des manoeuvres qui peuvent être dangereuses dans certains cas! La première manière d’aider est de ne pas nuire! Ça semble évident mais des appuis directs et profonds ou des manipulations de grandes amplitudes sur des tissus lésés, abimés, peuvent les aggraver. Il est facile aussi d’irriter et d’agresser un tissu en le sur-stimulant. A éviter bien sûr! Pensons efficacité mais aussi sécurité et respect. Apprenons toujours à doser l’action et le repos pendant, et, entre nos traitements. S’adapter continuellement aux besoins des tissus en écoutant leurs rythmes et leurs mouvements. Ils faut acquérir les tests et les signes qui nous montrent clairement les zones corporelles où nos mains ne sont pas les bienvenues. Et quelques fois, attention danger, s’abstenir! Si nous ne pouvons pas faire cette distinction, les apprendre apportera plus de sécurité. En attendant de maîtriser des tests fiables, recommandons la sagesse avec le soutien d’un diagnostic médical avant notre soin, surtout quand il y a «anguille sous roche».

Opter pour des séances de courte durée. Mise à part les massages de détente et de relaxation, les soins thérapeutiques sont souvent plus efficaces quand ils sont de courte durée (30 mn ou moins). Trop de corrections et trop de stimulations affaiblissent les fonctions régulatrices du corps et en diminuent ses effets positifs. Le bon dosage s’apprend par l’écoute des mouvements et des rythmes tissulaires et de leurs réactions au toucher. S’avons nous interpréter ces messages corporels?

Écouter et comprendre le Vivant. La santé d’un tissu tout comme son déséquilibre s’exprime par une qualité, par une restriction ou une absence de mouvement. Un corps en bonne santé bouge correctement dans tous ses plans et dans tous ses axes structurels soutenus par une saine circulation énergétique et liquidienne. Pour être en mesure d’évaluer toutes les nuances des mouvements, il est impératif de posséder des moyens sensoriels précis. Ce qui veut dire d’être capable de ressentir les mouvements tissulaires et ses échanges vitaux, mais aussi savoir les interpréter. Conditions essentielles pour être guidé vers les tensions primaires du corps. Et cela ne peut pas se faire par l’analyse mentale. La danse du vivant ne peut être contactée que par la perception directe des sens. Le corps sait ce que notre raison ignore. Alors écoutons le et apprenons à ressentir et à interpréter ses mouvements.

Rechercher les causes des déséquilibres (tensions primaire). Corriger impunément tous les déséquilibres que la main peut rencontrer n’est pas la meilleure solution. C’est en restaurant les désordres primaires (sources d’où émanent les déséquilibres) qu’on augmente le succès thérapeutique. La question alors à se poser est bien entendu; ai-je les capacités pour faire un bon bilan qui saura m’orienter sur l’emplacement des tissus à traiter que réclame le corps (toujours validé par une écoute sensorielle). Et quelle est la technique la mieux appropriée?

Repérer l’origine, l’emplacement, la profondeur d’un déséquilibre. Les tissus déséquilibrés sont nombreux mais ils ne correspondent pas forcément au point de départ d’une problématique. Beaucoup sont secondaires et compensent les tensions primaires. Par exemple, si un muscle est contracté exagérément, hypertonique, savons-nous dire si la cause est issue d’une lésion aponévrotique locale, ou bien, si elle provient d’une fixation ostéoarticulaire, viscérale ou peut être encore d’un trouble énergétique? Vous comprenez alors que le choix de la technique et l’endroit où sera appliqué le geste correcteur fera toute la différence. Là encore, il faudra remonter à l’origine de la tension primaire. Mais pour cela, avons-nous les compétences pour localiser avec précision le niveau de profondeur des déséquilibres tissulaires?

Adapter sa technique en fonction de la nature et de l’emplacement du déséquilibre. Les blocages rencontrés sont-ils principalement reliés à une articulation osseuse, à un muscle, à un viscère, à un blocage d’énergie? Est ce que nous savons faire la différence et avons-nous la technique adaptée à chaque blocage? Toutes les techniques n’ont pas la même efficacité et certaines ne pourront pas régler tous les désordres! C’est pour cela qu’un acupuncteur aura des résultats là où l’ostéopathe aura échoué et vice et versa.

S’auto-évaluer et vérifier les blocages restants après un traitement. Pour mieux comprendre et adapter nos techniques aux besoins de nos clients, ou encore pour éventuellement orienter celui-ci vers une thérapie complémentaire, il est nécessaire de maitriser un bon bilan sur le plan de la structure mais aussi au niveau énergétique. Le bilan avant et après notre séance nous servira à évaluer l’efficacité de la correction utilisée, l’adapter ou la remplacer si les déséquilibres persistent, à constater l’évolution et l’amélioration de la santé tissulaire, à mesurer les limites de nos techniques. Nous pourrons, si nécessaire, mieux orienter notre client vers une thérapeutique ou un bilan médical complémentaire si nous connaissons la nature du blocage qui persiste. Les bilans et les tests pour chaque déséquilibre doivent aussi répondre aux questions; est-ce sur le plan viscéral, ostéoarticulaire, énergétique, myo-fascial, ou autre, que je dois orienter ma filière de traitement? Des tests palpatoires et sensoriels précis nous apportent ces réponses avec certitudes quand nous les possédons.

Faire lâcher les neuro-spasmes. D’abord, qu’est ce qu’un neuro-spasme? C’est une rétraction du tissu conjonctif (froissement et resserrement des fibres élastiques, de réticuline et de collagène) qui se construit dans les tissus à la suite d’un déséquilibre prolongé ou d’un traumatisme. Aussi longtemps qu’ils restent plantés dans les tissus, l’équilibre des forces tissulaires reste perturbé localement mais aussi à distance de son point de départ. Ils maintiennent de véritables verrous de fixation analogues à des épines plongées dans les tissus, bloquant leurs mouvements, entrainant des compressions vasculo-nerveuses et des réductions importantes de leur dynamisme et de leur souplesse. La plupart ne disparaissent pas après des manipulations classiques. Pour annuler l’effet nocif sur l’ensemble des l’arcs réflexes qui les maintiennent, il faut savoir les repérer (l’importance du bilan et des tests palpatoires tissulaires) et agir dessus pour que les tissus regagnent leur équilibre fonctionnel. Peu de thérapeutes en parlent et ceux qui le font les confondent ou les comparent souvent à de simples contractures musculaires. On parle ici de bien autre chose qu’une la main entrainée peut reconnaitre. C’est alors que nous pouvons distinguer la racine d’un neuro-spasme d’un enroulement tissulaire, d’une torsion ou d’une tension myo-fasciale qui ne se confondent pas.

S’adapter à tous les endroits et toutes les situations. Cela n’intéresse peut être pas tous les thérapeutes qui officient surtout en clinique, mais il y en a d’autres qui trouveront beaucoup d’avantages à savoir traiter une personne alitée, à son bureau, à domicile ou dans des conditions extrêmes de sports de plein air. Il faudra dans ces cas recourir à des techniques efficaces adaptées à la situation inconfortable. L’avenir aura peut être besoin de plus en plus de spécialistes mobiles. Peut être une nouvelle vocation pour certains!

Stéphane Delalande est ostéopathe, biokinergiste et fondateur de la Technique neuro-cutanée (TNC).  Il enseigne aux thérapeutes comment corriger les déséquilibres de nature ostéo-articuliare, myo-fascial et énergétique par le bilan et la correction des mouvements cutanés.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+
 

Les commentaires sont fermés.